Deux côtés de la rivière mais une seule ville parce que le pont !

2016   6 m   —  Groupe patchwork Sarre-Union du GIC

Quand le groupe de patchworks de Sarre-Union/GIC cherche à représenter la fraternité, point besoin d’aller loin. Le pont qui relie et unie Bukenum et Ville-Neuve enjambe les bras de la rivière… La Sarre…

 

deux-cotes-de-la-riviere-8

… Une rivière qui arrive du sud, née des mains d’un atelier d’été à Phalsbourg, et prête à rejoindre la mer…

 

deux-cotes-de-la-riviere-7

… Apportant la vie aux maisons, aux arbres, jardins et champs et à leurs habitants…

 

deux-cotes-de-la-riviere-9

 

Autres petits bouts intégrés à ce grand bout

seme-les-fleurs-de-l-amour

« Sème les fleurs de l’amour de ton vivant » ainsi l’a brodé Marylène, « Streut Blumen der Liebe zur Lebenszeit »

 

 deux-cotes-de-la-riviere-5

Fluctuat nec mergitur

Ses fluctuat nec mergitur
C’était pas d’la litterature
N’en déplaise aux jeteurs de sort
Aux jeteurs de sort
Son capitaine et ses mat’lots
N’étaient pas des enfants d’salauds
Mais des amis franco de port
Des copains d’abord                                                         

Georges Brassens

 

abcdaire

ABCDaire : Voici le premier Abécédaire qui rejoint les chemins de fraternité. Il date de 1886. Les abécédaires étaient réalisés à l’école. Le plus souvent en CE1 ou CE2. Ils sont mémoire des apprentissages nécessaires sur nos chemins de vie et  souvenirs de ces années d’écoles.

Ils sont aussi la trace de continuité entre générations.

Ils ont donc toute leur place sur les chemins. 

 

>>> voir ce bout de chemin dans sa totalité sur le diaporama